Comment rendre un territoire plus intelligent ?

Actualités
22 décembre 2016

Les nouvelles technologies numériques ont un impact considérable sur l’organisation des entreprises et des territoires, avec l’avènement des concepts d’industrie 4.0, de smart grid pour l’énergie ou encore de smart city, la « ville intelligente ». Genève se positionne fortement sur cette évolution, à travers différents projets qui ne se cantonnent pas à des innovations technologiques, mais permettent également de rendre le territoire plus intelligent en stimulant la co-création et la mise en réseau des acteurs à différents niveaux.

Différents projets en cours à Genève constituent les briques d’une ville intelligente en construction. L’Etat de Genève a clairement affiché sa volonté de développer un « Smart canton » en s’appuyant sur une gestion plus intelligente et durable, notamment à travers deux projets pilotes de gestion du stationnement ou de lutte anti-bruit basés sur l’application de nouvelles technologies numériques.

Par ailleurs, les zones d’activités sont également amenées à devenir plus connectées et intelligentes. La Fondation pour les terrains industriels de Genève (FTI) poursuit sa démarche écoParc, appliquée progressivement aux différentes zones du canton, en collaboration avec Sofies. A travers une co-construction entre acteurs publics et privés, cette démarche participative vise à créer des synergies entre les entreprises pour optimiser la consommation de ressources et améliorer la qualité des zones. La FTI est également en train d’élaborer une plateforme numérique de monitoring des écoParcs permettant de mesurer et d’optimiser leur performance.

Cette approche participative s’applique aussi aux zones d’habitation et aux zones mixtes. C’est le cas du projet de nouveau quartier dans le secteur de Susette, qui déclenche un processus impliquant un groupe d’experts, les propriétaires, les habitants et les entreprises environnantes avec pour objectif le développement intégré du quartier. Sofies contribue par exemple à la planification énergétique en intégrant de façon optimale les sources renouvelables à disposition et les besoins des différents acteurs du secteur.

Plus largement, sur le territoire de l’agglomération franco-valdo-genevoise ou Grand Genève, un projet Interreg France-Suisse mené par Sofies et Ocalia vise à mettre en place un réseau maillé de lieux de travail partagés. Ce projet contribue d’une part au développement rapide des nouvelles formes de travail flexible (télétravail, coworking) avec des impacts positifs en termes de mobilité, de qualité de vie des travailleurs pendulaires et de redynamisation des économies locales, le tout dans un contexte transfrontalier. D’autre part, grâce au développement d’une plateforme numérique, il vise également à connecter les futurs utilisateurs, créant un réseau de compétences à la fois virtuel et réel, les utilisateurs pouvant se rencontrer dans les lieux de travail partagés. Ce réseau stimulera ainsi l’intelligence collective, donnant lieu à de nouvelles opportunités d’affaires et de co-création, sources d’innovation.

Ce sont là quelques exemples d’actions réalisées à l’échelle d’un territoire et qui contribuent indubitablement à le rendre plus intelligent. Grâce à une utilisation judicieuse des technologies numériques, à une mise en réseau et une multiplication des échanges entre les différents acteurs, ces initiatives conduisent à des améliorations en termes de qualité de vie, d’environnement, de compétitivité économique et par conséquent d’attractivité du territoire.

 

Luc Jaquet


Retour à la liste