Planification et prise de décision participatives: un processus qui prend du temps mais porte ses fruits…

Actualités
6 janvier 2017

Impliquer les parties concernées dans les prises de décision est souvent un facteur déterminant du succès d’un changement dans une région. Mais une implication réelle nécessite du temps et de la patience, en particulier pour la personne responsable de stimuler les débats et de faire avancer le projet. Cet engagement porte ses fruits: dans la vallée de Schams aux Grisons, une idée à laquelle personne ne croyait il y a quelques années pourrait bien être développée avec succès.

  

C’est en 2001 que l’urbaniste du nouveau centre commercial de Nislas à Zillis, dans les Grisons émit l’idée que plus que de construire uniquement un centre commercial conventionnel, il serait intéressant de créer une zone ou les services touristiques et l’industrie se rejoignent. Les points de départ étaient l’église de Zillis, connue dans le monde entier pour ses plafonds et visitée par plusieurs milliers de personnes chaque année, et, de l’autre côté de la vallée, l’autoroute qui relie Zurich à Milan. Cependant, la question de comment la valorisation de Nislas, qui consiste aujourd’hui en un parking, allait prendre forme était toujours ouverte.

Nislas devint membre de la zone commerciale régionale « Val Schons » avec deux autres localités de Ander. En 2014, les sept communes concernées créèrent une collectivité de droit public responsable de porter et de gérer le projet de la zone commerciale. Ainsi, avec beaucoup d’idées imprécises et divergentes mais un bon esprit, un profil rudimentaire de Nislas a été officiellement établi. Mais comment aller plus loin? Qui devrait s’occuper de quoi? Seulement une poignée de participants étaient présents au premier atelier public, puis rien ne se passa pendant un moment. L’étincelle du projet s’éteint.

Toutefois, la discussion fut relancée en même temps que le projet modèle “ Des ressources naturelles comme moteur de développement” piloté par Sofies-Emac, qui avait comme objectif, entres autres, de promouvoir une valorisation durable des ressources telles que le bois, la pierre, l’eau et la biodiversité dans la région. Les discussions concernant le futur de Nislas ont donc repris, avec les responsables municipaux, des entrepreneurs, des représentants du secteur touristique et du parc national BEVERIN : à quoi devrait ressembler Schams dans 15 ans ? Quel rôle devrait jouer la commune de Nislas? Comment pourrait-elle devenir partie intégrante de l’identité de Schams ? Quelle position envers la biodiversité et le climat devrait-elle adopter ? Quelles sont les idées clés nécessaires pour transformer un lieu quelconque en une localité attirante?

En parallèle, des étudiants en architecture de la haute-école de Coire ont travaillé sur des idées de développement de cette zone commerciale en particulier, et ont émis de nombreuses propositions de comment combiner agriculture, industrie et tourisme pour construire une vitrine pour la région. Le public a profité de cette opportunité pour s’intéresser de près aux maquettes exposées. Une discussion publique entre une pasteur, un architecte et un spécialiste du tourisme ayant pour thème le futur rôle de Nislas d’un point de vue de la planification spatiale, du tourisme, et de la culture a attiré beaucoup de monde. Bien que l’idée brillante n’ait pas encore vu le jour, la discussion a amené la commune, les organisations touristiques, le parc naturel et les entrepreneurs a poursuivre les propositions, et un groupement sera créé en décembre. Sofies-Emac continuera d’accompagner, de présenter et de concevoir le projet.

Cet exemple montre que des processus de planification et de décision fructueux nécessitent beaucoup de temps et de compétences, en particulier dans les domaines du développement régional et de la gestion territoriale. Sofies-Emac a eu des expériences similaires dans le projet de développement régional de Klosters ou en tant que membre de l’équipe de regiosuisse, plateforme nationale de soutien au développement régional. Lorsque différentes parties veulent collaborer, il est nécessaire d’échanger régulièrement afin d’adopter des objectifs communs. Toutefois, le temps et la patience ne font pas tout. De tels projets doivent reposer sur quelqu’un qui a l’expérience de piloter ces processus. Nous recommandons aux régions, communes ou autres organisations de faire appel à une ressource spécialisée pour mettre en œuvre des changements.


Retour à la liste